ReWork by Jason Fried (Basecamp, ) Le manifeste pour réapprendre à travailler… et à gérer – Entreprise20.fr

ReWork, le manifeste pour réapprendre à travailler… et à gérer – Synthèse réalisée par Frédéric Cavazza

Concernant la collaboration :

. Les plannings au-delà de 6 mois sont fantaisistes, ils ne permettent pas d’anticiper correctement mais apportent surtout du stress et de la rigidité dans la gestion quotidienne d’un projet ou d’une activité ;

. Les drogués du travail confondent moyens et résultats, non seulement ils ne travaillent pas plus vite (car ils flânent la journée et ne parviennent à se concentrer que le soir) mais en plus ils imposent un mode de collaboration asynchrone qui repose beaucoup sur les emails ;

. Pour résoudre un problème le plus simple n’est pas de rajouter des ressources mais d’en retirer, plus de ressources (moyens, collaborateurs…) = plus de problèmes, d’inerties, de contraintes…

. Les documents abstraits (cahier des charges, spécifications…) créent une illusion d’accord mais qui repose sur une interprétation, il est plus efficace de travailler sur des livrables concrets (croquis, storyboard, prototypes…) ;

. Instaurez les no-talks thursdays, car les interruptions quotidiennes sont des tueuses de productivité ;

. Les réunions sont comme des programmes TV : elles sont programmées par 1/2 heures (car Outlook ne sais pas faire autrement), comment faire si vous n’avez besoin de 15 minutes ?

. 1 H de réunion à 10 = 10 H de réunion, évitez de faire découvrir aux participants le sujet de la réunion ;

. Apprenez à dire « Non », vous regretterez souvent d’avoir accepté une nouvelle fonctionnalité ou un nouveau planning, mais vous ne regretterez jamais d’avoir refusé (mais restez tout de même honnête) ;

. Si vous voulez que quelque chose soit fait, demandez à la personne la plus occupée, elle sera motivée pour le faire rapidement.

Concernant la gestion et l’évolution d’une offre :

. Moins de fonctionnalités = Plus de simplicité, soyez fièr de ce que votre produit ne fait pas et revendiquez-le plutôt que de faire la course à l’armement (sinon vous allez implémenter en priorité les fonctionnalités les plus simples mais qui ne représentent que peu de valeur ajoutée) ;

. Ne cherchez pas à faire un produit parfait dès son lancement, lancer un produit et vous l’améliorerez ensuite car il est plus stimulant d’améliorer que de perfectionner; Assez bien peut être suffisant, l’important est de fournir un maximum de résultat en un minimum de temps / énergie / investissement (la perfection a un coût) ;

. Proposez moins que vos concurrents, moins de fonctionnalités = moins de problèmes = plus de compétitivité (ex : La minicaméra Flip).

Concernant la gestion d’une start-up :

. La croissance n’est pas une obligation, plus de C.A. signifie plus de problèmes et de contraintes car les économies d’échelle ne fonctionnent que dans l’industrie lourde (il est plus important de se concentrer sur la marge) ;

. Lancer une start-up sans se soucier de la viabilité c’est comme de construire un avion sans se soucier de la force de gravité (« nous trouverons bien un moyen de le faire voler… ») ;

. N’embauchez jamais quelqu’un pour faire un travail avant d’avoir essayé vous même, comme ça vous saurez quelles sont les difficultés, vous saurez détecter les bonnes qualités chez un candidat et vous saurez évaluer correctement un travail bien fait.”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s